Que faut-il faire avec Daech ?

Que faut-il faire avec Daech ? Quelle stratégie choisir ? L’annihilation ? La négociation ?

Tony Blair, cet ancien premier ministre fameux pour avoir délibérément menti au Parlement britannique en prétendant disposer de preuves irréfutables de la présence d’armes de destruction massives dans l’Irak de Saddam Hussein, vient de livrer son point de vue, lors des 7èmes Conférences « Kissinger ». Le soutien pour l’État islamique, la croyance dans le « Califat » et dans la venue de l’Apocalypse, « s’enracinent profondément dans les sociétés musulmanes », affirme-t-il. Il prévoit de futures attaques de Daech, bien plus massives et bien plus dévastatrices que les attentats de Paris. La seule façon d’empêcher le carnage est d’éradiquer définitivement Daech et son idéologie.

Tony Blair assure aussi que « dans de nombreux pays musulmans, de grands nombres de personnes croient que la CIA ou les Juifs étaient derrière le 11 septembre. Des imams qui proclament que les incroyants et les apostats doivent être tués, ou qui appellent au jihad contre les Juifs ont des comptes Twitter qui sont suivis par des millions de personnes… Cette idéologie a des racines profondes. Nous devons trouver le moyen de l’éradiquer.»

(“However, in many Muslim countries large numbers also believe that the CIA or Jews were behind 9/11. Clerics who proclaim that non-believers and apostates must be killed or call for jihad against Jews have Twitter followings running into millions … The ideology has deep roots. We have to reach right the way down and uproot it.”)

Il ajoute que Daech doit nécessairement être défait en Syrie, en Irak, en Libye, dans le Sinaï et dans plusieurs régions d’Afrique sub-saharienne. Mais une victoire militaire sur Daech ne suffira pas. « La force seule ne pourra prévaloir. Il faut se confronter à l’idéologie islamiste », assène Blair.

Sur ce point, Blair a peu de conseils précis à apporter. Apparemment il n’a pas la moindre idée de la manière dont l’Occident peut se « confronter » à cette idéologie. En attendant il se contente de se réjouir que les attaques des avions britanniques vont pouvoir commencer après le vote du Parlement.

D’un autre côté, il est peut-être utile de présenter le point de vue (sans doute minoritaire) du journaliste français Nicolas Hénin, retenu en otage pendant dix mois en Syrie par Daech, jusqu’en avril 2014. Il vient de déclarer dans une entrevue sur YouTube, reprise par The Independant, The Guardian, et plusieurs autres médias qu’il fallait immédiatement cesser tous les bombardements sur Daech. Bombarder la Syrie, c’est faire le jeu de Daech, dit-il : « C’est un piège tendu à la communauté internationale. »

En revanche, il faut continuer d’accueillir les réfugiés syriens en Europe, car c’est la meilleure manière de déstabiliser la propagande de Daech qui est basée sur la haine supposée des Occidentaux pour les musulmans, et qui a par conséquent bien du mal à expliquer pourquoi ils fuient en masse une « terre de rêve » pour aller se réfugier chez les apostats, les infidèles et tous ceux qui sont engagés en Occident dans un combat apocalyptique contre l’islam.

Les militants de Daech croient en effet que le moment est venu de la confrontation finale entre l’armée musulmane composée de soldats venus du monde entier et les « 80 armées » d’incroyants qui ont juré sa perte.

La meilleure manière de procéder , selon Hénin, serait l’interdiction de tous les vols, quels qu’ils soient, dans le ciel syrien. Ce serait la seule façon d’assurer la sécurité des populations, et par là même un moyen d’affaiblir substantiellement Daech.

Alors, qui a raison ? Blair ? Hénin ? Poutine ? Erdogan ? Hollande ? Obama ?

Voilà comment je vois les choses. Cette guerre est faite pour durer. Longtemps. Il y a bien d’autres conflits dans la région proche qui se sont installés pour ce qui ressemble à l’éternité, c’est-à-dire disons cent ans. Pourquoi ce conflit-ci, qui bénéficie de leurs dynamiques entremêlées échapperait-il à la règle ? Gardons à l’esprit que nous subirons les stress directement ou indirectement liés pendant deux, trois, quatre générations. Il faut donc mettre les politiques généralement décidées à court terme en perspectives longues. Et voir si elles tiennent la route.

Deuxièmement, tous les acteurs présents et absents ont des objectifs fondamentalement différents. Daech et les Syriens « modérés », les Sunnites et les Chiites, Al-Nusra et les Alaouites, les Kurdes et les Turcs, l’OTAN et les Russes, les Américains et les Européens, etc…

Tous ces intérêts, pourquoi se mettraient-ils à converger ? Donc, ils ne convergeront pas, sauf si des faits radicalement nouveaux apparaissent, qui obligent un changement dirimant des agendas politiques.

Troisièmement, quels sont les bénéficiaires objectifs de la guerre ? Les tyrannies, les extrémismes, les maffias. Quelles sont les victimes ? Les peuples, les modérés, les démocraties.Tant que ceux qui ont intérêt à voir croître leurs bénéfices seront plus forts que ceux qui en ont à payer le coût, la situation empirera.

Quatrièmement, il y a de nombreux éléments idéologiques et religieux menteurs, trompeurs, hypocrites, dans la propagande intense et les divers narratifs déversés par les médias et les « parties prenantes ». Une critique, une déconstruction de ces idéologies, de ces narratifs, ne suffira pas. Il faudrait pouvoir penser et bâtir des contre-idéologies, moins menteuses, moins trompeuses, moins hypocrites que celles répandues dans les médias, dans les écoles, dans les lieux de culte, dans les partis, dans les esprits. Et pouvoir, en réaction, les répandre dans les médias, dans les écoles, dans les lieux de culte, dans les partis, dans les esprits.

Courage ! C’est peut-être possible, d’atteindre ces objectifs, en quelques générations.

Mettons-nous au travail.

Publicités

Une réflexion sur “Que faut-il faire avec Daech ?

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s